Dossier spécial sur la désinformation syrienne - Première partie

La communauté scientifique est soulagée : Olivier Roy coupe court aux manipulations syriennes et dévoile les mensonges du régime

Damas n’est pas à son premier coup. Sa propagande mensongère bat son plein

lundi 13 février 2012 - 21h32, par Stefano B.C.

Logo MédiArabe.Info

Depuis le 4 février, l’affaire a fait le tour des sites et des blogs, mis en place au service de la propagande syrienne à travers le monde. Il s’agit d’une interview fictive de l’islamologue français Olivier Roy. Désormais, la communauté scientifique est soulagée et rassurée : l’intéressé dément avoir donné une quelconque interview sur le sujet, dévoilant ainsi la stratégie médiatique syrienne, basée sur le mensonge.

Tip A Friend  Envoyer par email | impression Imprimer cet article

Selon le site « Rue 89 », le chercheur Olivier Roy a été alerté sur l’existence d’une interview imaginée qu’il aurait accordée à la télévision « France 2 », interview reprise par l’ensemble des médias officiels et officieux syriens, par les blogs, sites et forums de propagandes mis en place par le régime au service de ses mensonges, ainsi que par les deux télévisions syriennes « Syria TV » et « Al Dunya ». Dans cette interview montée de toutes pièces, la propagande syrienne attribue au chercheur français son admiration à Bachar Al-Assad, qui, « sans aucun doute, sera le premier leader arabe qui gagnera contre les décideurs du monde ». Sans se soucier d’être ridiculisée, la dictature médiatique syrienne fait aussi dire à Olivier Roy : « Assad dispose d’un atout important : le soutien massif de son peuple ».

En effet, la retranscription de l’interview fictive est toujours disponible (au moins jusqu’au 13 février) sur le site de la télévision syrienne officielle. On peut y lire la réponse attribuée à Olivier Roy, répliquant à la question du présentateur de « France 2 » : « Je n’exagère pas. Le Conseil de sécurité a décidé la guerre contre l’Afghanistan en moins de trois heures, et peine depuis des mois à voter une résolution contre Assad. L’Occident a besoin de se remonter le moral face à Bachar Al-Assad (...). En réalité, la confrontation devient personnelle entre les dirigeants arabes et occidentaux, d’une part, et Bachar Al-Assad d’autre part. Ils hésitent à se lancer dans une guerre contre lui car ils savent qu’il détient des atouts importants, dont notamment le soutien massif de son peuple... ».

Pour l’universitaire français, qui dément formellement avoir tenu de tels propos, « cette machination est le signe incontestable d’affaiblissement du régime qui est à bout de souffle. Je vois, dans ce genre d’incident insensé, un signe de panique de plus ».

Cet épisode n’est pas le premier. La propagande syrienne avait inventé une interview de Taymour Joumblatt, le fils de Walid Joumblatt, lui attribuant des critiques acerbes à la politique de son père. Il s’agissait d’une menace à peine voilée adressée au chef druze libanais, alors l’un des principaux piliers de l’Alliance souverainiste du 14 mars. Cette machine s’était emballée avec l’interview fictive attribuée à l’officier des Forces de Sécurité Intérieure libanaises (FSI), Samir Chehadé, à la télévision québécoise TQC. D’autres tentatives de « commercialiser » la théorie du complot ont été menées grâce à des Occidentaux autoproclamés journalistes, qui inondent l’opinion publique de mensonges. Les plus illustres de ces industriels du mensonge figurent la religieuse Agnès-Mariam de la Croix et Thierry Meyssan, pour ne citer qu’eux...

Avec la multiplication de ces mensonges étatiques, comment peut-on encore s’étonner que le régime puisse annoncer l’arrestation d’un sniper français et plusieurs militaires africains, envoyés par les Services français à Homs ? Comment peut-on encore croire les médias syriens et alliés, quand ils affirment avoir intercepté au Liban du matériel sophistiqué destiné aux terroristes en Syrie, et d’avoir détruit ces preuves sur l’implication américaine dans le complot ? Comment peut-on croire que l’armée du régime ne bombarde pas les civils, alors que les images prises par les satellites attestent d’un massacre à l’échelle industrielle ? La Syrie peut nous tromper tous, un certain temps, et peut tromper certains, tout le temps. Mais elle ne peut pas tromper tout le monde tout le temps !

A suivre...

Cliquez ici pour lire La désinformation syrienne - Deuxième partie

Cliquez ici pour lire La désinformation syrienne - Troisième partie

Stefano B.C.